Objectif CAP

Le certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP)

Le Certificat d’Aptitude Professionnelle (diplôme de niveau V) donne une qualification d’ouvrier ou d’employé qualifié dans un métier déterminé. Le CAP est le premier palier de qualification pour ceux qui souhaitent accéder rapidement à la vie active.  Il existe près de 200 spécialités de CAP dans les domaines d’activités commerciaux, industriels, et services.

Comment préparer un CAP ?

Un CAP peut se préparer par :

  • La voie scolaire (formation initiale) dans les lycées professionnels ou établissements privés d’enseignement technique.

En deux ans après la classe de troisième,

En un an après un premier CAP

Après une seconde professionnelle du bac professionnel, en accédant à la classe terminale du cycle de deux ans.

  • La voie de l’apprentissage, dans les CFA (Centres de Formation d’Apprentis) publics ou privés.

L’admission nécessite un contrat d’apprentissage avec un employeur.

  • La formation professionnelle continue

Un CAP peut s’obtenir également par la formation professionnelle, par la validation des acquis de l’expérience pour les adultes déjà engagés dans la vie professionnelle ou si vous êtes majeur en se présentant directement à l’examen (sans avoir préalablement suivi une préparation).

  • La voie de l’enseignement à distance

Dans le cadre d’un CAP à distance, c’est uniquement l’organisation des cours et la manière d’étudier qui sont différentes, l’examen étant le même pour tous.

 

Quel est le contenu de la formation ?

Des enseignements généraux :

Français, mathématiques-sciences, histoire-géographie, éducation physique et sportive, enseignement moral et civique, et langue vivante étrangère (selon la spécialité)

Ces enseignements sont en relation avec les activités professionnelles et représentent environ la moitié de l’emploi du temps hebdomadaire.

Des enseignements technologiques et professionnels :

Ils se pratiquent sous forme de cours, de travaux pratiques, de travaux en atelier, en intérieur ou extérieur, en fonction de la spécialité choisie du CAP.

Mais aussi,

Des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP)

De 12 à 16 semaines. (Ces stages sont répartis sur les deux années).

Pour réussir son examen, il faut obtenir d’une part la moyenne générale et d’autre part, la moyenne aux épreuves professionnelles, soit 10/20.

Nouveauté !

A compter de la session 2017, selon l’arrêté publié le 11 mai 2017 du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche :

  • Lorsque les candidats ont été ajournés à l’examen d’une spécialité du CAP, les candidats peuvent lorsqu’ils se présentent à l’examen d’une autre spécialité de ce diplôme et ce, pendant les cinq années suivantes lors de chaque session, demander à conserver les notes qu’ils ont obtenues aux unités suivantes :

      Français, Histoire-Géographie-Enseignement moral et civique, Mathématiques-Sciences, Education physique et sportive, langue vivante.

  • Lorsque les candidats ont été ajournés à l’examen d’une spécialité du CAP, les candidats peuvent lorsqu’ils se présentent pendant les 5 années suivantes à l’examen d’une spécialité du BEP (Brevet d’Etudes Professionnelles), demander lors de chaque session à conserver les notes égales ou supérieures à 10 sur 20 qu’ils ont obtenues aux unités mentionnées cidessus, sous réserve que l’enseignement correspondant soit prévu au règlement de la spécialité de BEP préparée par le candidat.

Que peut-on faire après l’obtention d’un CAP ?

Les diplômés peuvent soit :

S’engager dans la vie active et trouver un emploi, soit continuer leurs études :

  • Des formations en un an en lycée professionnel ou en apprentissage, permettent de se spécialiser dans un domaine spécifique : la MC (Mention Complémentaire) ou FCIL (Formation Complémentaire d’Initiative Locale) (*)

(*) La FCIL est une formation rapide et unique. Elle permet d’acquérir une qualification plus pointue dans un domaine en rapport avec le marché local ou régional. Elle répond aux besoins spécifiques des collectivités ou des entreprises implantées dans votre ville. Il n’existe donc pas de FCIL nationale. Elle dépend uniquement de l’endroit où vous vous trouvez en France.

Attention ! une FCIL n’est reconnue que dans la région où elle est obtenue. Elle ne délivre aucun diplôme, mais une attestation prouvant que vous avez bien fait la formation. L’ouverture d’une FCIL fait suite à une décision commune du recteur d’une académie et la branche de la profession concernée.

  • Après un avis du conseil de classe, et sur demande de la famille, une admission en première professionnelle. L’élève prépare alors une spécialité de baccalauréat professionnel en rapport avec celle du CAP obtenu,
  • En fonction de la spécialité obtenue, une préparation au Brevet des Métiers d’Art (BMA). Le BMA se prépare en 2 ans après un CAP des métiers d’art.
  • Le BP (Brevet Professionnel) est un diplôme national qui atteste l’acquisition d’une haute qualification professionnelle. Il se prépare en deux ans. Il s’inscrit souvent dans un projet de création d’entreprise. Il est obligatoire pour ouvrir un salon de coiffure, par exemple.
  • Le BTM (Brevet Technique des Métiers) est un diplôme du secteur artisanal. C’est une formation homologuée au niveau 4 (équivalent à un Bac Pro ou un Brevet Professionnel) (*). Un des enjeux essentiels est l’acquisition progressive des savoirs indispensables à la maîtrise technique d’un métier, ainsi que les compétences liées à la production et la gestion dans une entreprise. Cet enseignement insiste sur la polyvalence et la capacité à travailler de manière efficace et autonome.

(*) Le BTM n’est pas un diplôme de l’Education Nationale. Il est délivré par les chambres des métiers et de l’artisanat.

 

Le Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole (CAPA)

Le Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole (diplôme de niveau V) atteste l’acquisition d’un premier niveau de qualification pour exercer une fonction d’ouvrier qualifié des entreprises agricoles et para-agricoles.

Il se prépare par les trois voies de formation suivantes : scolaire, apprentissage et formation professionnelle continue, à l’issue de la scolarité obligatoire.

Il est délivré par examen (épreuves terminales et contrôles certificatifs en cours de formation) et selon la modalité des unités capitalisables.

Il se prépare en deux ans après la classe de troisième, dans les options suivantes : Productions agricoles, utilisation des matériels, productions horticoles, services en milieu rural, soigneur d’équidés, travaux forestiers, travaux paysagers, vigne et vin.

Le décret n° 2017-275 du 1er mars 2017 (voir lien ci-dessous) introduit la reconnaissance de l’acquisition de blocs de compétences par les candidats préparant l’examen du CAP agricole, dans le cadre de la formation professionnelle continue ou de la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Pour en savoir + : Lien décret n° 2017-275 du 01-03-17 : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/3/1/2017-275/jo/texte

 

Que peut-on faire après l’obtention d’un CAP agricole ?

Le CAPA vise prioritairement l’insertion professionnelle, mais il est également possible de poursuivre des études professionnelles :

BEPA (Brevet d’études professionnelles agricoles), Baccalauréat professionnel, BTA (Brevet de Technicien Agricole, ou bien de préparer un Certificat de spécialisation).